Interview avec Cédric Manara, spécialiste des questions juridiques sur internet - janvier 2008

A la fois auteur de nombreuses publications scientifiques, praticien renommé et bloggeur célèbre, comment répartis-tu ton temps entre ces différentes activités ? Ton profil à la fois théorique et pratique se retrouve-t-il chez tes collègues chercheurs, juristes et arbitres ?

Je ne sais pas comment je répartis mon temps... car je ne le compte pas !!! Si je fais tout cela, c'est parce que je suis passionné. Le droit lié à internet (et pas seulement aux noms de domaine) est en perpétuel mouvement, et je ne m'en lasse pas... alors pourtant que je m'y suis mis dès fin 1994 ! Quant au profil "juriste + arbitre + chercheur", c'est effectivement une espèce peu répandue ;~)

2. Quel regard portes-tu d'une manière générale sur la pertinence des règles de droit actuelles par rapport à la réalité du secteur des noms de domaine ?

"Pertinence" ? Quelle pertinence ? Blague à part, le droit des noms de domaine est un droit encore très jeune, dont les solutions ne sont pas définitives. En France, la première décision remonte à juillet 1996... mais la première fois que la cour de cassation, qui se trouve au sommet de l'ordre judiciaire, a évoqué les noms de domaine, c'était en juillet 2004. La plupart des juristes ont abordé les noms de domaine au travers du prisme de la propriété intellectuelle. Pourtant, le nom de domaine est un objet différent des marques ou autres signes distinctifs, à plusieurs égards. Cela commence seulement à être perçu, alors que les usages se développent, que certains découvrent le second marché (et donc des fonctions des noms de domaine non comprises jusqu'alors), etc. Plus le secteur se fera connaître et entendre, et plus ses intérêts pourront être pris en compte - par la justice voire par le législateur.

3. La communauté des webmasters francophones et les médias font souvent l'amalgame entre les domaineurs et les cybersquatteurs. Ceci te paraît-il justifié ?

Voilà une illustration de ce que je disais à l'instant : l'industrie des noms de domaine est technique, peu connue, et donc souvent mal comprise. Puisque pendant des années les personnes qui essayaient de gagner de l'argent grâce à la revente de noms de domaine étaient souvent des fraudeurs, on a fini par coller une étiquette sur TOUS les gens qui gagnent de l'argent avec leur portefeuille de noms. Sans voir qu'il existait une différence entre les activités des uns et celles des autres. La réalité est autrement plus complexe, et c'est justement parce qu'elle est complexe qu'une partie de mon travail est d'expliquer et faire comprendre, en premier lieu dans le milieu juridique, la richesse et la subtilité de ce secteur.

La politique de noms de domaine

Recommandations pour les entreprises et les éditeurs de sites

L'actualité des noms de domaine

A l'écoute des pros

Les bonnes adresses

Quelques éminents représentants du secteur

Fresdrop (meilleur service de Snap)